Pour rappel, la mise en conformité au RGPD (Règlement Général pour la Protection des Données) est indispensable pour tous les organismes collectant/détenant des données à caractère personnel depuis le 25 mai 2018.La bonne nouvelle c’est que les experts proposant des services d’accompagnement sur mesure sont nombreux. Bien entendu, les plus expérimentés d’entre eux sont à privilégier afin d’assurer une meilleure sécurité des données personnelles des ses collaborateurs et partenaires.

Pourquoi la mise en conformité au RGPD est-elle obligatoire ?

En général, le nombre de personnes et d’entreprises victimes de hackers ou d’une cyberattaque est en hausse depuis ces trois dernières années en France. Pour faire face à cette situation, les États membres de l’Union Européen ont décidé de mettre en vigueur certaines mesures. L’objectif est de sécuriser les données personnelles, des citoyens européens, récoltées et stockées par les organismes concernés (publics ou privés). Ces derniers doivent en clair sécuriser les systèmes informatiques utilisant des informations personnelles. Tout dans le but de se mettre en conformité avec le RGPD.

Conformément à la loi en vigueur, les entreprises, organismes, associations et collectivités qui ne protègent pas l’accès aux informations personnelles des citoyens européens (clients, collaborateurs, partenaires, salariés, etc.) seront sanctionnés financièrement (pouvant aller jusqu’à 4 %de leurs chiffres d’affaires). Bien entendu, cela aura un impact négatif sur la réputation de l’entreprise. C’est pourquoi il est important de se conformer au RGPD PME. Heureusement qu’il est possible de suivre des formations prévues à cet effet à l’heure actuelle.

Mise en conformité au RGPD : les étapes à suivre

Une entreprise ou une entité publique (TPE ou PME) qui collecte et utilise des données à caractère personnel, a tout intérêt à se conformer au RGPD si elle tient à sa réputation. Pour ce faire, elle doit établir une cartographie de l’ensemble des traitements de données inhérent à son activité. Il sera ainsi plus facile de cerner les besoins pratiques de l’organisme et de renforcer la sécurité des données à caractère personnel. Il est aussi nécessaire de créer un registre des traitements des informations confidentielles et de continuer à le mettre à jour. Suite à cela, il convient de mener une étude des risques éventuels d’une fuite de données personnelles appelée DPIA (Privacy Impact Assesment).

D’un point de vue concret, seul le délégué à la protection des données (DPO) peut mettre en œuvre la conformité de l’organisme au RGPD. Il a pour mission de garantir la protection des informations personnelles collectées par l’entreprise. C’est également lui qui sera chargé de faire le tri dans les données. En tout cas, il est tout à fait envisageable de choisir un DPO interne ou externe à l’organisme. Tout dépend de la stratégie de gestion de la firme. Dans tous les cas, il est préférable de choisir un professionnel qualifié et expérimenté.